Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guérir son enfant intérieur 1

Un jour d’été 2007, un client vint me voir, à bout de nerfs : dans toutes les thérapies qu’il avait faites (au moins une dizaine et j’étais la dernière, car il n’y croyait plus), on lui avait dit : « Fais grandir ton enfant intérieur ». Debout au milieu de mon bureau, il criait, furieux, en regardant dans sa chemise : « Il est où l’enfant intérieur » ?! Ce sont des mots abstraits, quand vous n’êtes pas capable de comprendre qu’il est une part mentale de vous qui n’a pas grandi. Vous vous retrouvez avec un corps d’adulte et des comportements d’enfant, surtout dans votre vie professionnelle : jalousie, caprices, colères, médisances, rancune, bref, tout ce qui faisait de vous un sale gamin et qui vous suit, bien au-delà de vos 20 ans. Deux entités sont donc enfermées en vous : un adulte et un enfant. Vous êtes ce que je nomme un adulte/enfant, l’objectif en le faisant grandir étant de devenir un adulte/adulte. Vous comprendrez que l’adulte et l’enfant sont en compétition à l’intérieur de vous et dès que l’enfant prend le contrôle, à travers les peurs, les jalousies et les frustrations, vos comportements ne sont plus adéquats.

Vous vous croyez adulte, parce que vous vous référez à l’âge. Le mot « adulte », d’après le Petit Larousse, signifie « Personne parvenue à sa maturité physique, intellectuelle et psychologique ». Vous en connaissez beaucoup, vous, des adultes ?! Le corps croît invariablement, le côté intellectuel peut représenter tout ce que l’on apprend. Mais c’est le côté psychologique qui n’a pas grandi. Dans certaines tribus, quel que soit le pays, il existe des rites de passage qui font passer le jeune au rang d’adulte, au travers d’une épreuve telle que tuer un lion avec une sagaie pour les jeunes guerriers ou les menstruations pour les jeunes filles. Ils quitteront ensuite la case ou le tipi des adolescent(e)s pour intégrer les habitations des adultes. Leurs aînés leur expliqueront les responsabilités reliées à leur nouveau statut et ils sauront qu’ils sont devenus des hommes et des femmes.

Dans nos civilisations modernes, si civilisées ( !), qui vous dit que vous êtes passé du stade de jeune à celui d’adulte ? Personne. D’autant que vous restez l’enfant qui coure encore après ce qu’il n’aura jamais de ses parents, s’il ne l’a pas reçu dans l’enfance. Votre croissance affective (psychologique) se bloque bien que votre corps grandisse et vous voilà ancré dans des habitudes et des peurs d’enfant. Comme je l’ai expliqué dans l’article précédent, l’être humain est un animal de meute et les parents sont censés vous éduquer pour être des adultes responsables. Mais le sont-ils eux-mêmes ? Ils ont certes été des pourvoyeurs, avec un toit sur votre tête, de la nourriture dans l’assiette et des vêtements sur le dos (c’est ce que me répétait ma mère) mais vous ont-ils formé à prendre des responsabilités, à agir comme un homme ou une femme, à être un nouveau chef de meute ? Ils ont oublié de vous inculquer une philosophie de vie suffisamment épanouissante pour faire face à toutes les situations avec maturité et bon sens. Parce qu’eux-mêmes n’ont pas reçu cette formation. On ne peut pas donner ce que l’on n’a pas reçu.

La plupart du temps, ils vous auront écrasé ou juste diminué, vous maintenant dans un état de soumission et d’enfant craignant ses parents. Comment être un adulte, quand ils vous traitent comme un incapable, vous rejettent ou vous abandonnent ? Impossible ! N’ayant pas contribué à votre épanouissement et ne vous ayant pas fait prendre conscience que vous êtes devenu(e) un homme ou une femme, vous courez encore après eux. C’est cet enfant qui a des réactions puériles, celui qui vit toujours en vous et attend que ses parents le prennent enfin en considération. S’ils ne l’ont pas fait par le passé, peu de chance qu’ils le fassent dans le présent. Il va falloir comprendre et accepter que vous êtes en vol libre, vous voltiger sans filet, poussé du nid bien trop tôt, sans savoir voler. Votre seul objectif, au lieu de parcourir le vaste monde, sûr de vous, est de retrouver la chaleur illusoire d’un nid qui ne vous a jamais accueilli mais juste momentanément hébergé.

Ouvrez les yeux : vous n’avez plus besoin de vos parents, surtout s’ils sont toxiques ! Vous êtes un grand garçon, une grande fille, c’est moi qui vous le dis ! Il fallait bien que quelqu’un le fasse ! Et il est temps de prendre votre vie en main en regardant devant vous. Il est temps d’apprendre à voler de vos propres ailes, de faire grandir cet enfant intérieur qui prend trop souvent le dessus et d’intégrer que vous êtes adulte. Comment faire ? Donnez-vous cette reconnaissance (j’existe), cette affection (je suis aimable et estimable) et cette protection (je prends soin de moi), qui vous ont tant manqué dans votre enfance. Petit, c’est impossible de donner tout cela à soi-même. Grand, il est temps de comprendre que vous pouvez vous rendre ce service : vous êtes dorénavant le seul à pouvoir vous aimer et vous respecter en vous faisant respecter. Avant leur coaching, mes clients couraient après leurs parents (qu’ils ne rattrapaient jamais !), qui eux-mêmes couraient après les leurs sans plus de succès. Puis ils ont couru après de faux-amis, pourvoyeurs illusoires d’affection, qui ont été remplacés par des conjoints déséquilibrés. Cette succession d’insuccès blesse de plus en plus l’enfant intérieur qui finit par être brisé, ses blessures et sa terreur prenant de l’ampleur. Et plus il saigne, plus il attire de grands prédateurs…

La sérénité, c’est à mes yeux la faculté d’accepter la réalité telle qu’elle est : vos parents ne grandiront jamais et vous noterez qu’ils ont parfois des réactions infantiles, de caprices, de dominations, de revendications. Vous êtes même devenu, dans certains cas, le parent de vos propres parents, vous-même enfant. Puisque vous êtes hors du nid, agitez vos petites ailes et vous serez surpris de voir que vous pouvez voler, au lieu de tomber en piquet vers le sol. J’explique à mes clients que les parents vous enseignent à piloter, vous confiant les commandes de temps en temps, comme un moniteur d’auto-école, pour vous entraîner. L’avion représentant votre confiance et votre estime. Quand vous vous sentez confiants, ils descendent de l’avion et vous laissent piloter votre vie et vous diriger où bon vous semble. Mais s’ils descendent de l’avion très tôt ou n’y montent jamais, vous voilà en perdition, aux commandes d’un avion qui file droit vers le sol : vous avez la sensation que vous allez vous écraser.

Mon métier, c’est donner des cours de pilotage à ceux dont les parents ont sauté de l’avion avant qu’ils aient compris ce qu’il se passait. Je les accompagne dans le développement de leur confiance et leur estime, sorte de tour de contrôle qu’ils peuvent contacter, restant à l’écoute, s’ils sont en difficulté. Puis un beau jour, ils saluent leur coach fièrement, une dernière fois et volent vers leur Liberté : l’enfant intérieur est devenu adulte et capable à son tour d’instruire ses descendants. Tout le monde peut apprendre à piloter !

Christian Godefroy, auteur de la formation audio "Les Secrets de l'Attraction"

Tag(s) : #psychologie, #chemin, #voie, #vie, #connaissance de soi, #Christian Godefroy